fagerhult_luminansforhallande_1.jpg

Rapports de luminance appropriés entre la zone de travail et les surfaces de la pièce

La norme régit le rapport de luminance, c.-à-d. les niveaux d'éclairement des surfaces du local par rapport à l'éclairement du plan de travail. Par exemple, si des luminaires à faible luminance et des downlights sont utilisés, la partie supérieure du mur et le plafond risquent d'être trop sombres.

Les différences de luminance peuvent être calculées ou mesurées comme un rapport entre les différentes luminances. Les rapports de luminance suivants peuvent normalement être recommandés pour un poste de travail :

  • Zone de travail (champ de vision intérieur) – entourage immédiat (champ proche) 3:1.
  • Zone de travail (champ de vision intérieur) – entourage (murs proches dans le champ de vision) 5:1.
  • Zone de travail (champ de vision intérieur) – surfaces périphériques (arrière-plan) 10:1.
fagerhult_rapportdeluminance_1

Le rapport de luminance entre la zone de travail et les murs doit être inférieur à 5:1.

Des études récentes montrent toutefois que le rapport de luminance entre la zone de travail et le champ de vision normal (champ lumineux diffus = surface du mur/plafond) doit être de 2:1 pour un éclairement de la zone de travail de 500 lx. Ceci suppose qu'il est tenu compte des effets visuels, émotionnels et biologiques. En pratique, ceci signifie que l'éclairement vertical sur les murs et le plafond dans des locaux de travail doit être supérieur à 250 lx.

La révision la plus récente de 12464-1 exige pour la première fois un éclairement vertical et un éclairement du plafond. Elle comprend également des exigences pour l'éclairement cylindrique. L'exigence d'un éclairement moyen minimal sur les murs est dans la norme d'au moins 50 lx avec une uniformité min/moy ≥ 0,1. Pour les plafonds, les valeurs doivent être d'au moins 30 lx avec une uniformité min/moy ≥ 0,1.

Pour les locaux tels que bureaux, les écoles, les salles de soins et les zones de communication telles que les halls d'entrée, les couloirs et les cages d'escalier, les murs et les plafonds nécessitent une luminosité plus élevée. Dans ces locaux, nous recommandons un éclairement soutenu plus élevé et les valeurs suivantes pour les surfaces principales :

  • Murs – éclairement moyen d'au moins 75 lx avec une uniformité ≥ 0,1.
  • Plafond – éclairement moyen d'au moins 50 lx avec une uniformité ≥ 0,1.

Pour un bon confort visuel dans un local de travail, la luminance moyenne sur les murs de la pièce ne doit généralement pas être inférieure à 30 cd/m². Il est une pratique courante de transformer le rapport de luminance en un éclairement relatif car les éclairements sont généralement utilisés comme valeurs de référence lors de la planification de l'éclairage. Il doit toutefois être noté que les programmes de calcul informatiques actuels permettent de calculer et de présenter les luminances des différentes surfaces d'une pièce. Le tableau à droite donne des indications sur les éclairements relatifs recommandés pour un local de travail typique.

Rapports de luminance au plafond en cas d'éclairage indirect

fagerhult_rapportdeluminance_2

En cas d'éclairage indirect, la luminance moyenne au plafond ne doit pas dépasser 500 cd/m².

En cas d'éclairage indirect, la luminance moyenne au plafond ne doit pas dépasser 500 cd/m². Une luminance maximale de 1500 cd/m² est acceptée dans des zones limitées du plafond. Pour que l'éclairage au plafond ne soit pas gênant et irrégulier, le gradient ou la transition de luminance ne doit pas être abrupte. L'uniformité de la luminance (Lmin/Lmoy) ne doit pas être inférieure à 1:10.

En cas de lumière de fond sur les murs, la luminance maximale doit être limitée à 1000 cd/m².

Cependant, des études montrent que pour un éclairement horizontal sur la zone de travail de 500 lx, un éclairement au plafond de 250 à 500 lx est considéré comme agréable. Le rapport entre le plafond et la zone de travail doit donc être de 1:1 ou 1:2. Parallèlement, des études montrent qu'une distribution de la lumière du luminaire de 50-50 est souvent préférée. C'est-à-dire un luminaire avec 50 % de lumière directe et 50 % de lumière indirecte.

Écrans de visualisation à haute luminositéÉcran de visualisation
à haute luminosité
L > 200 cd/m2
Écran de visualisation
à moyenne luminosité
L > 200 cd/m2
Type A
(polarité positive et exigences normales en ce qui concerne les propriétés de détail des couleurs pour les informations montrées, par exemple pour des séances de formation au bureau, etc.)
≤ 3000 cd/m2 ≤ 1500 cd/m2
Type B
(polarité négative et/ou exigences supérieures en ce qui concerne les propriétés de détail des couleurs pour les informations montrées, par exemple pour les travaux de CAO, l'inspection des couleurs, etc.)
≤ 1500 cd/m2 ≤ 1000 cd/m2
Notes : Écrans de visualisation à luminosité élevée (Screen high state luminance – voir aussi ISO 9241-302) – décrit la luminance maximale de la surface blanche de l'écran qui peut normalement être obtenue auprès du fabricant de l'écran.
Explication : La proposition de la nouvelle norme accepte, selon le tableau ci-dessus, des niveaux de luminance plus élevés pour les luminaires des pièces contenant des écrans de visualisation à luminosité élevée (écrans très éclairés avec une luminance d'arrière-plan supérieure à 200 cd/m2). Pour déterminer la luminance d'un écran dans la partie blanche, utilisez les valeurs fournies par le fournisseur.

 

Surface de la pièceZone de réflectance
recommandée
Éclairement
relatif
Plafond 0,7–0,9 0,2–0,9
Murs 0,5–0,8 0,2–0,6
Mur de fenêtres > 0,6 0,3–0,6¹⁾
Surfaces de travail 0,2–0,7 1,0–
Sol 0,2–0,4  
¹⁾ Les valeurs sont valables avec une lumière naturelle – sans lumière naturelle, l'éclairement relatif ne doit pas dépasser 0,2 si les fenêtres n'ont pas de rideaux clairs.